PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

  • L'attaque de l'Oie

    5 images

    Cette petite série a été prise dans le parc du château de Sully sur Loire (Loiret). Je me promenais avec mon épagneul breton, lorsqu'une imposante Oie a décidé que la meilleur défense était l'attaque... Le chien n'a pas demandé son reste et a battu en retraite... Le photographe aussi, après quelques clichés.

  • Oiseaux Tanzanie

    72 images

    Comme tout passionné de photographie animalière, j'ai souvent rêvé d'un voyage en Afrique de l'Est. J'ai enfin réalisé ce rêve à l'âge de 56 ans. Je peux vous dire que, ma femme et moi, nous avons pleinement savouré ce bonheur intense au milieu de touristes qui ne comprenaient ce que nous observions car ils ne prenaient pas la peine de s'arrêter... de couper le moteur du 4x4... et d'observer le monde merveilleux des oiseaux multicolores qui s'offrait à eux... Vous trouverez une rubrique "faune de Tanzanie" dans la catégorie photographie animalière.

  • Faisans

    5 images

    N'oubliez pas que je suis un Solognot ! Et si je déteste la chasse et les chasseurs, c'est bien parce que je ne comprend pas que l'on, tue de si belles créatures, pour le seul plaisir malsain de montrer sa puissance en retirant la vie. Même mon brave épagneul partage mon point de vue et se contente d'admirer...

  • Le Coin (coin...) de l'Ornitho du marais

    78 images

    Quelques photos d'oiseaux dont le point commun est la prédilection pour les zones humides, marais, prés salés, étangs...etc.). Attention ça cancane !

  • En Camargue

    39 images

    La Camargue se caractérise par de vastes étendues marécageuses "les sansouires", terres gorgées d'eau et de sel. En certains endroits, les saladelles couvrent le sol d'un bleu pastel. Dans les terres poussent les genêts, iris, myosotis et asphodèles. Sur les berges des marais et des canaux des roseaux ont été plantés, la sagne ou "sagno", qui couvrent les cabanes des gardians. Formant l'un des plus grands centres migratoires d'Europe, le delta du Rhône abrite quelques 350 espèces d'oiseaux qui viennent nicher et se reproduire. Le flamant rose est le symbole de la Camargue.Les flamants vivent en groupe de plusieurs milliers d'individus. Les couples se forment en avril et naissent en Camargue. C'est plus de 20 000 poussins blancs qui naissent chaque année. C'est à 1'âge de quatre ou cinq ans que le flamant prend ce plumage rose éclatant. Le flamant rose est paradoxalement moins rose que les flamants nains que l'on retrouve en Afrique de l'Est.

  • Fauvette à tête noire femelle

    12 images

    Une jeune femelle fauvette à tête noire déboussolée par le temps frais qui règne en Europe au mois de Juillet 2007, s'est arrêtée dans mon jardin après s'être un peu cognée contre la véranda ! Soignée, abreuvée et nourrie, elle a gentiment accepté la pause pour le photographe et elle est même revenue remercier son sauveur quelques heures plus tard ! Fauvette à tête noire - Sylvia atricapilla Ordre : Passériformes - Famille : Sylviidés Taille : 13 cm - Envergure : 23 cm - Poids : 14 à 20 g - Longévité : 7 ans Le mâle a une calotte noire luisante, le dessus grisâtre, les côtés de la tête et le dessous gris cendré. La femelle a la calotte brun-roux. Les jeunes ressemblent aux femelles mais ils ont une calotte plus terne et plus brune. La Fauvette à tête noire zinzinule. Elle émet des cris de contact secs et courts, et un chant clair et flûté comme celui de la fauvette des jardins, en plus mélodieux et aux notes plus liées. Son chant peut comporter des imitations d'autres passereaux. On peut rencontrer la fauvette à tête noire dans les sous-bois, les taillis, les haies, les parcs et les jardins, ainsi que les buissons avec arbres. C'est un migrateur partiel. Les migrateurs reviennent chez nous vers les mois de mars-avril. De plus en plus d'oiseaux restent en France en hiver. Ce sont surtout les individus du nord et du nord-est de la France qui migrent. Elle est présente sur tout le territoire. C'est un oiseau commun. Nid : léger, d'herbe sèche et de radicelles, dans les buissons épais ; construit surtout par la femelle. Ponte (1 à 2 par an) : ponte dès fin avril de 4 ou 5 oeufs gris pâle marqués de brun. Les deux parents se partagent l'incubation, qui dure environ 13 jours, puis l'élevage des jeunes, qui quittent le nid à l'âge de 10 ou 11 jours. Elle se nourrit surtout de mouches, chenilles et autres insectes, baies et fruits en automne.

  • Insolite

    Une rubrique de photos d'oiseaux insolites... A ne pas manquer !

  • Rapaces

    Une nouvelle rubrique qui verra apparaitre ces magnifiques oiseaux que sont les Rapaces. Je commence avec les Buses de Harris. Je continue avec une Chouette Lapone...

  • Les oiseaux d'Amerique Nord

    De nombreuses espèces nicheuses de l'Amérique du Nord, méritent une rubrique spécifique. Compte tenu de mes voyages au Québec, ce sont plus particulièrement des oiseaux de cette belle Province qui seront mis à l'honneur.

  • Le Grand Cormoran

    22 images

    Photos de la Colonie d'Orléans (Iles de St Pryvé St Mesmin): Photos 1 à 16. Le dortoir est sur une ile minuscule avec un gros arbre servant de dortoir. Malheureusement la rive est trop loin de l'ile... Les photos on été prises au 500 mm, avec un doubleur, et recadrées... Reposoir d'un Grand Cormoran à St Philbert de Grand-Lieu (Photos 17 à 22... Sous la pluie...) Grand Cormoran / Phalacrocorax carbo Ordre : Pélécaniformes / Famille : Phalacrocoracidés Taille : 80 à 100 cm / Envergure : 130 à 160 cm / Poids : 2000 à 2500 g / Longévité : 20 ans Identification : Le grand cormoran adulte en plumage nuptial est tout noir, avec des reflets bleu et vert bronze. Le dos est gris-bronze avec des lisérés foncés. La queue est noire et assez longue. Une tache blanche sur la cuisse apparaît pendant la période nuptiale. La tête est noire, avec quelques plumes blanches sur la crête peu fournie composée de quelques plumes plus longues. Les joues et la gorge sont blanches. Les yeux sont verts, allant de l'émeraude au turquoise. Le bec légèrement crochu et puissant est noirâtre avec la base jaune. Les pattes et les doigts palmés sont noirs. En dehors de la période nuptiale, le grand cormoran perd la plupart de ses plumes blanches et a un plumage plus terne. Les deux sexes sont semblables. Le mâle Grand Cormoran est légèrement plus grand que la femelle, et a un bec plus grand. Le juvénile a le cou brunâtre et l'abdomen blanc. La poitrine, le cou et les flancs sont parfois tachetés de brun clair. Le jeune de deuxième année ressemble à l'adulte, mais il est plus brun. Plusieurs sous-espèces montrent plus ou moins de blanc dans le plumage : Phalacrocorax carbo carbo, nichant sur les côtes Atlantiques. Phalacrocorax carbo sinensis, se reproduisant du Sud de l'Europe au centre de l'Asie. Il présente Grand Cormoran davantage de blanc sur la tête. Phalacrocorax carbo lucidus, d'Afrique Tropicale, a les joues, la gorge et le cou blancs. Phalacrocorax carbo hollandiae, qui porte une crête. Chant : Le grand cormoran émet des croassements gutturaux au nid et au dortoir. Il est habituellement silencieux en dehors des colonies. Habitat : Le grand cormoran vit sur les côtes rocheuses ou sablonneuses, dans les estuaires, près des lacs et des grands cours d'eau. Il niche sur les falaises et les îles rocheuses, et se nourrit dans les eaux abritées. Il hiverne le long des côtes. Distribution: le grand cormoran se trouve dans l'Atlantique Nord, en Afrique, en Eurasie Grand Cormoran et en Australasie. Les oiseaux se déplacent en fonction des ressources de nourriture. Comportements : Le grand cormoran se nourrit principalement de poisson. Il plonge pour capturer sa proie avec le bec, et il est capable de rester sous l'eau pendant plus d'une minute. Il remonte le poisson à la surface afin de l'étourdir en le secouant et de le lancer en l'air pour le retourner avant de l'avaler. Il nage sous l'eau afin de poursuivre sa proie, utilisant uniquement ses pattes palmées pour se propulser. En dehors de la période nuptiale, les cormorans peuvent pêcher en petits groupes mais ils sont souvent vus isolés. Les grands cormorans passent la plupart de leur temps posés bien droits et alignés sur une digue de sable, ou perchés sur des arbres ou des structures faites par l'homme. Le grand cormoran est souvent considéré comme un concurrent par les pêcheurs, et il a été bien persécuté. Mais son habileté à pêcher est parfois bénéfique à l'homme, quand il est employé pour la pêche dans certains pays. Il porte alors un collier ajusté qui l'empêche d'avaler le poisson qu'il a pêché et que l'homme récupère, avant de renvoyer l'oiseau en pêcher d'autres à partir d'une barque. Le grand cormoran a des plumes spéciales qui permettent à l'air de sortir et à l'eau de pénétrer dans le plumage. La nage sous l'eau est alors plus efficace. Mais cela veut dire aussi que l'oiseau doit faire sécher son plumage dans cette position caractéristique qui nous le montre ailes largement ouvertes, perché sur une branche. Cette pose aide probablement aussi à la digestion. Il consomme environ 400 à 700 grammes de poisson par jour. Pendant la parade nuptiale, les taches blanches des cuisses sont souvent exposées, grâce à de fréquents et vibrants battements d'ailes, tandis que l'oiseau projette la tête en arrière et déploie sa queue en éventail. Ces manifestations ont lieu alors que le mâle est au repos sur l'eau. Une autre parade montre le mâle balançant sa tête d'arrière en avant avec la queue dressée tandis qu'il lance des cris perçants. La femelle répond en balançant légèrement sa tête et en faisant bruisser ses plumes. Cette espèce est grégaire et niche en colonies sur les corniches des falaises, dans des arbres, sur les côtes ou à l'intérieur Grand Cormoran des terres. Le grand cormoran a été observé en train d'avaler des petits cailloux quand il a besoin de plus de poids pour plonger facilement. Il les régurgite après s'être nourri. Vol : Le grand cormoran vole avec des battements fermes et des glissés occasionnels. Il décrit des cercles au-dessus des eaux intérieures avant d'atterrir avec un léger glissé. Son envol est laborieux, nécessitant quelques bonds à la surface avant de s'élever. Quand ils volent en groupes, ils adoptent une formation en V lâche. Nidification : Le grand cormoran se reproduit à n'importe quel moment, selon les ressources alimentaires des lieux. Le nid est une grande structure faite de rameaux de bois et d'algues, tapissé de matériaux plus fins. Les deux parents construisent le nid sur un arbre bas, sur le sol, sur les corniches des falaises ou sur des pentes abruptes. Les colonies peuvent comprendre jusqu'à 2000 couples, bien que des colonies plus restreintes soient typiques. La femelle dépose 3 à 4 oeufs blanc-bleuté. L'incubation dure environ 29 à 31 jours, assurée par les deux adultes. Ils utilisent leurs grands doigts palmés, en plaçant les oeufs sur le dessus de leurs doigts, pour les réchauffer contre leur corps. Les poussins naissent à intervalles et les poussins sont nidicoles. Ils sont nourris par les deux adultes, d'abord avec du liquide régurgité, et plus tard avec de la nourriture solide qu'ils prennent directement dans la gorge des parents. Ils restent dépendants de leurs parents pendant 70 jours, mais prennent leur envol à 50 jours. Cette espèce produit une seule couvée par an. Régime : Le grand cormoran se nourrit principalement de poisson et d'invertébrés aquatiques. En eau douce, il consomme aussi des crustacés, des grenouilles et des insectes divers. Protection / Menaces : Les grands cormorans ont été persécutés par les humains en tant que concurrents des pêcheurs, et dans le passé, cette espèce fut presque anéantie. A présent, avec les efforts de conservation, les nombres augmentent et les statuts de cette espèce sont stabilisés. Les poussins peuvent être capturés par des rapaces tant qu'ils sont au nid.

  • Les Hérons

    Les hérons sont des Ardéidés n. m. pl. XIXe siècle. Dérivé savant du latin ardea, « héron ».ZOOL. Famille d'oiseaux échassier. Les ardéidés sont des moyens et grands échassiers fréquentant les lieux humides, se nourrissant de petites proies animales. Ils possèdent un long cou se repliant facilement, et se déployant rapidement. Ceci leur permet des techniques de pêche ou de chasse basées sur l'affût ou l'approche lente, leur long bec pouvant être lancé à la manière d'un harpon. A l'exception des butors et des blongios, ils nichent souvent en colonies , les héronnières, plusieurs espèces pouvant y être associées. Les hérons se nourrissent de poissons, de batraciens, de reptiles, de mammifères ou d'invertébrés qu'ils capturent soit après une attente immobile, soit en prospectant les eaux ou les prairies en marchant lentement. La plupart des espèces sont grégaires et nichent en peuplements mixtes dans des roselières ou sur des arbres en bordure des eaux. Certaines espèces se parent de plumes ornementales sur la tête, le dos ou la poitrine. Ces plumes caractérisent les oiseaux nicheurs. Famille : Ardéidés ; * Aigrette ardoisée * Aigrette à face blanche * Aigrette bleue * Aigrette des récifs * Aigrette garzette * Aigrette neigeuse * Aigrette roussâtre * Aigrette sacrée * Aigrette tricolore * Bihoreau cannelle * Bihoreau violacé * Blongios à cou jaune * Blongios nain * Butor étoilé * Butor d'Amérique * Crabier chevelu * Crabier chinois * Grand Héron * Grande Aigrette * Héron à tête blanche * Héron cendré * Héron garde-boeufs * Héron goliath * Héron intermédiaire * Héron mélanocéphale * Héron pie * Héron pourpré * Héron strié * Héron vert * Petit Blongios * Savacou huppé * Version anglaise * Butor d'Amérique * Bihoreau gris * Héron mélanocéphale * Savacou huppé * Héron garde-boeufs * Crabier chinois * Butor étoilé * Héron goliath * Grand Héron * Grande Aigrette * Héron vert * Héron strié * Héron cendré * Héron intermédiaire * Petit Blongios * Aigrette bleue * Aigrette garzette * Aigrette sacrée * Héron pourpré * Aigrette roussâtre * Aigrette neigeuse * Crabier chevelu * Aigrette tricolore * Aigrette à face blanche * Bihoreau violacé

  • Cigognes

    6 images

  • Fous

    1 images

  • La Gorge bleue à miroir blanc

    4 images

    La gorgebleue à miroir mâle adulte en été a les parties supérieures brunes. La queue arrondie est brun foncé avec la base rousse. Les parties inférieures présentent une belle bavette bleue avec un croissant roux à la base de la gorge. En dessous, la bavette bleue est bordée de trois bandes successives, noir, blanc et roux, en travers de la poitrine. Le bas de la poitrine et l'abdomen sont blancs. Les sous-caudales ont la base rousse. La tête est brune, avec un très net sourcil blanc. Les yeux sont noirs. Le bec est noir avec la base inférieure jaune. Les pattes et les doigts sont gris-brun. En plumage d'hiver, quelques plumes blanches envahissent la bavette bleue. La femelle a la gorge et la poitrine blanchâtres, avec une bande Gorgebleue à miroir de taches noires en travers du haut de la poitrine. Elle a également des "moustaches" noires. Quelques femelles adultes peuvent avoir du bleu et du roux sur le bas de la poitrine, mais la plupart n'en ont pas. Le juvénile a le plumage brun tacheté, faisant un effet d'écailles, mais il a la couleur rousse à la base de la queue, comme les adultes, juste un peu moins étendue. Le jeune mâle a un peu de bleu sur les côtés de la gorge. La gorgebleue à miroir a pour cri habituel un son dur répété, mais il peut aussi émettre un son plaintif. Le chant fort et varié comprend beaucoup d'imitations d'autres espèces. Il est riche et soutenu, avec des notes sonnantes et des notes musicales, des sifflements et des trilles. Habitat : La Gorgebleue à miroir se reproduit dans la toundra avec des zones buissonneuses, dans les bosquets, les lisières de forêts humides, les zones arbustives sur les collines et les zones montagneuses, souvent près de l'eau. On peut aussi la trouver jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Elle hiverne dans les zones broussailleuses au bord de l'eau et dans les roselières. Comportements : La gorgebleue à miroir est insectivore. Elle se nourrit dans la végétation basse pour capturer des insectes. Quand elle est sur le sol, elle retourne les feuilles et le sol pour exposer les petits invertébrés qui s'y cachent. Elle attrape aussi des insectes au vol. Elle court sur le sol comme une souris. Elle reste cachée, courant sous le couvert. Elle adopte souvent une attitude dressée et peut rester immobile pendant un moment. Pendant la parade nuptiale, le mâle chante souvent tout en effectuant des vols de parade. Il déploie sa queue en éventail pour mettre en valeur ses plumes rousses. Le mâle garde sa partenaire contre les autres mâles, autour de la période du début de la ponte. Il reste à moins d'un mètre d'elle, et la suit si elle quitte le nid. L'accouplement a lieu sous le couvert de la végétation. Vol : La gorgebleue à miroir a un vol direct plutôt rapide. Nidification : Le nid de la gorgebleue à miroir est situé sur le sol, caché dans un trou peu profond ou dans une touffe d'herbes. Le nid est construit par la femelle avec des herbes, de l'écorce, des racines et de la mousse. Il est tapissé de matériaux doux. La femelle dépose 4 à 7 oeufs bleu pâle ou verts, tachetés de brun. L'incubation dure environ 13 à 15 jours, assurée par la femelle. Les poussins sont nidicoles. Les deux parents les nourrissent avec des insectes. Les jeunes quittent le nid au bout de 13 ou 14 jours. Si la femelle démarre une seconde ponte, le mâle s'occupera seul des jeunes de la première couvée. Régime : La gorgebleue à miroir se nourrit principalement d'insectes, mais aussi de chenilles et de baies. L'espèce est menacée, notamment par la modification et la disparition de son habitat dues aux reboisements et à l'agriculture intensive.

C'est un sujet facile et difficile à la fois. Facile car il suffit d'observer les oiseaux pour connaitre leurs habitudes et difficile car ils sont souvent très craintifs et ne se laissent pas facilement approcher.