PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

 
  •  
  • Ordre de tri:

LA PHOTOGRAPHIE ANIMALIERE / LUMIERES DU BUSH (Botswana / Delta de l'Okavango) / Oiseaux / L'Anhinga d'Afrique [5]

  • Anhinga_Africain_01.JPG Anhinga Africain 01
  • Anhinga_Africain_02.JPG Anhinga Africain 02
  • Anhinga_Africain_03.JPG Anhinga Africain 03
  • Anhinga_Africain_04.JPG Anhinga Africain 04
  • Anhinga_Africain_05.JPG Anhinga Africain 05
L'anhinga d'Afrique (Anhinga rufa - African Darter)

C'est un proche parent des cormorans. Il s'en différencie par un cou plus long et un bec pointu alors que celui des cormorans est en crochet, un peu comme celui des rapaces. L'anhinga est un peu plus grand que le grand cormoran (96 cm). Sa coloration générale foncée est celle des cormorans ; toutefois, elle s'en distingue par la présence d'une bande claire sur le cou. L'anhinga possède une queue qu'il étale souvent en éventail.

Cet oiseau se rencontre dans toute l'Afrique subsaharienne, dans les eaux douces, calmes généralement peu profondes où la végétation aquatique est peu abondante : lacs, étangs, lagons, marais, réservoirs, rivières à courant lent entourées par des ceintures de roseaux ou par des arbres qui surplombent l'eau. Ceux-ci servent de perchoirs sur lesquels l'anhinga sèche ses plumes à la manière des cormorans. L'anhinga est généralement solitaire, mais forme à l'occasion, en dehors de la saison de reproduction, des rassemblements de faible effectif.

L'anhinga nage le corps complètement immergé, la tête dépassant seule en surface. Il plonge pendant des durées de 30 à 60 s à des profondeurs inférieures à celles atteintes par les cormorans. Il se nourrit seul et nage sous l'eau le cou replié en S. D'une brusque détente, provoquée par la contraction de muscles spécialisés du cou, il est capable de transpercer ses proies constituées pour l'essentiel de poissons (Tilapia, Haplochromis). En général, les petites proies sont transpercées uniquement par la mandibule inférieure alors que les grosses sont empalées sur les deux mandibules. A la suite d'une capture, l'anhinga remonte à la surface. Les petits poissons sont alors lancés dans l'air par des contorsions du cou et ensuite rattrapés la tête la première. Les gros poissons sont rapportés à terre et, quand ils sont fichés sur les deux mâchoires, l'anhinga a parfois de grosses difficultés à les sortir et à les lancer dans l'air. Cette opération de jonglerie dure de quelques secondes à plusieurs minutes dans le cas de proies particulièrement récalcitrantes. Les plumes du ventre et du dos retiennent de l'eau ce qui augmente la densité de l'oiseau et facilite sa progression sous l'eau. En revanche, cette adaptation à la plongée l'empêche de redécoller rapidement; il doit donc se sécher le corps, les ailes déployées dans une posture caractéristique.
L'anhinga niche dans des arbres ou en groupe lâche d'une dizaine de couples, quelquefois avec les cormorans et des hérons. Il se reproduit toute l'année avec une préférence pour la fin de la saison des pluies et le début de la saison sèche. Les anhingas sont au dortoir dès le crépuscule et ne le quittent qu'après les premières lueurs du jour. La biologie de la reproduction est très proche de celle des cormorans, mais elle est moins bien connue. Les couples demeurent sur leur arbre de nidification alors que les non-reproducteurs se tiennent par paire ou Petit groupe sur les arbres morts près des zones de nourrissage.