PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

 
  •  
  • Ordre de tri:

LA PHOTOGRAPHIE ANIMALIERE / LUMIERES DU BUSH (Botswana / Delta de l'Okavango) / Mammiferes / L'Elephant de Savane Africain [21]

  • Elephant_01.JPG Elephant 01
  • Elephant_02.JPG Elephant 02
  • Elephant_03.JPG Elephant 03
  • Elephant_04.JPG Elephant 04
  • Elephant_05.JPG Elephant 05
  • Elephant_06.JPG Elephant 06
  • Elephant_07.JPG Elephant 07
  • Elephant_08.JPG Elephant 08
  • Elephant_09.JPG Elephant 09
  • Elephant_10.JPG Elephant 10
  • Elephant_11.JPG Elephant 11
  • Elephant_12.JPG Elephant 12
  • Elephant_13.JPG Elephant 13
  • Elephant_14.JPG Elephant 14
  • Elephant_15.JPG Elephant 15
ORDRE DES PROBOSCIDIENS FAMILLE DES ELÉPHANTIDÉS

Cet ordre ne contient qu'une seule famille qui elle-même est composée de 2 espèces seulement, l'une en Asie et l'autre en Afrique.

Son nez (aussi long que ses pattes) lui sert de siphon, de schnorchel (pour traverser les plans d'eau profonds), de fusil à eau, de trompette d'outil assez puissant pour arracher les branches des arbres mais également assez délicat pour cueillir un petit pois, grâce aux 2 projections de l'extrémité qui sont comme des doigts.
Les éléphants sont très éclectiques dans leur alimentation ; ils préfèrent manger de l'herbe mais peuvent aussi se nourrir du feuillage de nombreuses essences d'arbres et arbustes, de roseaux, de fruits et d'écorce, ou même atteindre les fruits suspendus à 6 m de haut ;
ils arrachent également les branches situées à cette hauteur et certains mâles aiment aussi déraciner les arbres.
Ce très gros corps a tendance à surchauffer et les éléphants doivent disposer d'ombre et d'eau à l'heure de midi ; les énormes oreilles en éventail servent également à éliminer la chaleur en rafraîchissant le sang dans les veines qui passent juste sous la peau.
Présentes chez les 2 sexes, les défenses sont des incisives supérieure, modifiées qui ne cessent jamais de pousser.

Éléphant d'Afrique
Loxodonta africana

Corps arrondi, peau presque nue, grise ou brunâtre, ridée; nez et lèvre supérieure allongés jusq'au qu'au sol et préhensiles, énormes oreilles en éventail.
Cette espèce comprend deux sous-espèces, l'élephant de forêt (plus petit) et l'éléphant de Savane (le plus gros des éléphants et le plus répandu). C'est ce dernier que je vous présente sur ces photos.

Éléphant de savane
Le plus grand des mammifères terrestres, qui vit en Afrique orientale, centrale et australe. L : mâle 7,5 m, femelle 6,8 m (y compris la trompe allongée), H : 2,53,3 m ; P : mâle 5 000 kg en moyenne, femelle 3 000 kg.
Défenses divergentes et arquées en avant. Aujourd'hui, les défenses pèsent entre 40 et 60 kg chacune, un mâle de 60 ans porte des défenses de 60 kg chacune (le record est de 130 kg et 3,4 m de long) ;
les défenses des femelles sont beaucoup plus petites. Les oreilles, énormes, mesurent 2 m x 1,5 m, lobe inférieur pointu.
La majorité des accouplements et des naissances a lieu pendant la saison des pluies ; un jeune naît au terme d'une gestation de 22 mois, la plus longue chez un mammifère.
L'éléphant de savane est encore largement réparti en Afrique subsaharienne et c'est dans les réserves du Kenya, de Tanzanie, du Zimbabwe, du Botswana, de Namibie et d'Afrique du Sud que l'on a le plus de chances d'en voir.
Presque tout ce qu'on sait du comportement de l'éléphant d'Afrique se réfère à l'éléphant de savane. L'unité de base est le troupeau de 9 à 11 femelles, très liées entre elles et accompagnées de leurs jeunes.
Le troupeau est mené par la femelle la plus âgée et la plus grosse, la matriarche. Lorsque les groupes dépassent un certain effectif, ils ont tendance à se scinder en plusieurs unités, mais ils restent dans les parages et se retrouvent souvent, en particulier lorsqu'ils entament un grand déplacement (cf photo N°20).
Les mâles quittent le groupe à la puberté, vers l'âge de 12 ans, et passent le reste de leur vie soit avec d'autres mâles soit en solitaires.
Polygynes, ils commencent à rentrer en concurrence avec les autres mâles vers l'âge de 25 ans et la plupart des accouplements sont monopolisés par les plus gros mâles âgés de plus de 35 ans.
Beaucoup de naturalistes sont encore persuadés que le mâle en rut passe impérativement par l'état de musth (épaisse sécrétion de frontaline). On sait aujourd'hui que cela est peu probable.
En effet, le cycle d'œstrus de l'éléphante n'est pas lié à des variations saisonnières, alors que le musth se produit le plus souvent en hiver.
En outre, on sait que les mâles en musth attaquent souvent les femelles, qu'elles soient en chaleur ou non. On a également envisagé un rapport avec un comportement dominant.
Le musth (ou parfois must) est un état qui revient périodiquement chez les éléphants mâles, et qui est caractérisé par une épaisse sécrétion ressemblant à du goudron : la frontaline, qui sort des orifices temporaux.
Ce qui est le plus important, c’est qu’il se caractérise par des comportements agressifs. Il est accompagné par une augmentation sensible des hormones de reproduction - les niveaux de testostérone chez un éléphant en musth peuvent être jusqu'à 60 fois plus élevés que chez le même éléphant à d'autres moments.
Toutefois, on ne sait pas si cette poussée hormonale est la seule cause du musth, ou simplement un facteur : la recherche scientifique dans ce domaine est considérablement gênée par le fait que, une fois sous l'influence de musth, même le plus placide des éléphants en temps normal peut essayer de tuer n'importe quel être humain.
De même, la sécrétion qui ressemble à du goudron reste en grande partie mystérieuse, car il est très difficile d’en collecter des échantillons pour les analyser, cependant on a constaté que les sécrétions et l'urine recueillies chez des éléphants de zoos contenaient des niveaux élevés de divers cétones et aldéhydes à odeur très forte.