PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

 
  •  
  • Ordre de tri:

LA PHOTOGRAPHIE ANIMALIERE / LES MAMMIFERES / L'Orignal [10]

  • Orignal_01.jpg Orignal 01
  • Orignal_02.jpg Orignal 02
  • Orignal_03.jpg Orignal 03
  • Orignal_04.jpg Orignal 04
  • Orignal_05.jpg Orignal 05
  • Orignal_06.jpg Orignal 06
  • Orignal_07.jpg Orignal 07
  • Orignal_08.jpg Orignal 08
  • Orignal_09.jpg Orignal 09
  • Orignal_10.jpg Orignal 10
Orignal - Février 2008 - Province du Québec - Région du Saguenay-Lac St Jean - Parc de St Félicien

L'orignal est le nom de l'élan d'Amérique du Nord. L'origine du nom orignal vient du mot basque oreinak, qui dans sa forme plurielle signifie littéralement « les cervidés » ou « les rennes » et se prononce [ oré-i-nak ]. Samuel de Champlain le nommait orignac car aux premières années des colonies, les premiers colons français l'auraient appris des Basques qui venaient régulièrement pêcher la morue et la baleine sur les côtes du Labrador et les abords du fleuve Saint-Laurent.

L'animal est appelé « élan » en Europe, et « moose » en anglais nord-américain.

C'est un animal indépendant et solitaire en été, qui ne vit en couple qu'au moment du rut (mi-septembre à mi-octobre). Les mâles ne forment pas de harems. Il peut toutefois former des groupes en hiver. Timide dans les zones où il est souvent dérangé ou chassé, il peut être curieux dans les zones de calme, tout en restant éloigné de l'Homme. Certains individus n'hésitant pas à visiter quelques zones rurales (pâtures, champs de céréales) ou urbaines, voire des aéroports ou jardins périurbains.

Comme presque tous les animaux, il peut être agressif au moment du rut pour les mâles et durant l'élevage des petits pour les femelles qui ne laissent personne approcher leur petit à moins de 25-30 m. De même lorsqu'il est blessé ou acculé sans possibilité de fuite.

L'élan peut parcourir des distances importantes et traverser des bras de fleuves à la nage. Souvent en été, agressés par les mouches et les taons, il s'immerge dans l'eau afin de se débarrasser de ses hôtes encombrants.

Il se nourrit essentiellement d'herbe, de plantes aquatiques qu'il peut brouter la tête entièrement immergée sous l'eau (il reste parfois une minute en plongée), de feuillage, de branches et d'écorce et d'autres végétaux. Il consomme accessoirement des champignons, des mousses et des lichens.

Il se nourrit plus facilement sur les buissons et jeunes arbres qu'en forêt où les arbres sont trop hauts pour que les feuilles lui soient accessibles. La présence de castors qui recèpent les arbres sur les berges lui est favorable.

Les élans vivent dans les forêts boréales et les forêts mixtes de feuillus de l'hémisphère nord, sous des climats tempérés à subarctiques.

En Amérique du Nord, leur aire de répartition comprend tout le Canada et l'Alaska, une grande partie de la Nouvelle-Angleterre, et le nord des Montagnes rocheuses. Après leur introduction sur Terre-Neuve au début du XXe siècle, ils sont maintenant l'ongulé dominant du territoire.

En Europe, il vit principalement dans la péninsule scandinave (dans laquelle il compte aujourd'hui 200.000 têtes environ) et en Russie. Des populations vestigiales demeurent dans plusieurs pays d'Europe où les élans étaient autrefois nombreux, dans les pays baltes, en Tchécoslovaquie, Pologne et Roumanie. Des élans erratiques ont été signalés en Allemagne du Nord jusqu’à la frontière des Pays-Bas, ainsi qu'en Hongrie.

En Asie, les élans se trouvent essentiellement en Sibérie, avec quelques groupes en Chine. De manière générale, l'aire de répartition des élans s'est rétrécie avec le temps.

Un projet de réintroduction est à l'étude en France, en Normandie, dans le Marais Vernier.

Sources : Wikipédia.