PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

  • Héron Pourpré

    14 images

    Héron pourpré - Ardea purpurea Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés Biométrie : Taille : 78 à 90 cm - Envergure : 120 à 150 cm - Poids : 600 à 1400 g - Longévité : 25 ans Identification : Le héron pourpré a un plumage brun violacé avec les ailes gris ardoisé, la poitrine brun-roux, l'abdomen noir et les flancs et les scapulaires roux pourpré. La calotte et les longues plumes de la crête sont noires. L'arrière du cou est brun-roux clair. Le reste du cou est blanc avec des stries noires s'étendant sur le haut de la poitrine. Une ligne noire court vers le bas sur les côtés du cou. Le long bec pointu est jaune. Les yeux sont jaune pâle. Les pattes et les doigts sont jaune orangé. Le héron pourpré a des doigts plus longs que les autres hérons, lui permettant de marcher sur la végétation flottante et sur les buissons épais. Très nets en vol, ces longs doigts rendent plus facile l'identification de l'espèce. En Héron pourpré plumage nuptial, les deux adultes ont de longues plumes sur la poitrine. Les deux sexes sont semblables. Le juvénile est plus brun que les adultes, mais il n'a pas la crête et les longues plumes sur la poitrine. Les stries noires du cou et des parties inférieures sont plus ternes et étroites. Chant : Le héron pourpré est en général silencieux. En vol, son cri est semblable à celui du héron cendré, mais plus haut-perché. On peut aussi entendre un « krank Héron pourpré » sonore et criard, et un « kar-kar-kar » au nid ou au décollage. Habitat : Le héron pourpré se reproduit au bord des lacs et des marécages avec des roselières étendues. En dehors de la saison nuptiale, il préfère les zones humides plus ouvertes bordées de végétation. Les variations géographiques sont modérées, et les oiseaux reproducteurs semblent être établis dans certaines zones de leur habitat. DISTRIBUTION : le héron pourpré se reproduit depuis les tropiques jusqu'aux pays semi-tempérés. On peut le trouver en Europe, dans le Sud de l'Asie et en Afrique. Les oiseaux européens migrent en Afrique tropicale pour hiverner. Comportements : Le héron pourpré se nourrit dans les eaux peu profondes, attendant sans bouger qu'une Héron pourpré proie passe, traquant lentement poissons et grenouilles, ou les transperçant avec son long bec pointu et puissant. Il préfère se nourrir dans l'eau douce. Le héron pourpré reste dans les roselières plus que le héron cendré. C'est un chasseur timide et solitaire, préférant la nuit et le petit matin pour chasser. Il attend sa proie sous le couvert végétal, peu souvent en eaux profondes, et parfois en se perchant sur des arbres bas ou des buissons au-dessus de Héron pourpré l'eau, cherchant sa nourriture. Ils dorment plutôt dans les zones côtières, telles que les mangroves et les estuaires. Le héron pourpré peut être harcelé par le héron cendré qui lui dérobe ses proies quand ils chassent l'un près de l'autre. Le héron pourpré défend vigoureusement son territoire, gonflant les plumes de son cou et hérissant sa crête. Pendant la saison de reproduction, le héron pourpré arbore des couleurs plus vives, et les plumes de sa poitrine deviennent longues et flottantes. La parade nuptiale montre le héron pourpré adoptant des positions élaborées, avec les plumes du cou gonflées. Le mâle et la femelle pointent leurs becs vers le haut, avec la tête et le cou Héron pourpré droits. Vol : Le héron pourpré vole lentement avec le cou rétracté, et les longues pattes et doigts projetés vers l'arrière. Son vol est puissant et régulier, avec de lents battements d'ailes. Nidification : Le héron pourpré niche habituellement en petites colonies, dans les roselières denses en eau peu profonde, à environ un mètre au-dessus de l'eau. Il peut aussi nicher plus haut dans un arbre. Le nid volumineux est une plate-forme faite de roseaux ou de brindilles. Le mâle apporte les matériaux à la femelle qui construit le nid. D'autres nids supplémentaires peuvent être construits non loin du premier, et sont utilisés par l'adulte qui ne couve pas et par les jeunes à leur sortie du nid, quand ils restent aux alentours avant de s'envoler. La femelle dépose 2 à 5 oeufs bleu-vert Héron pourpré clair. L'incubation dure environ 25 à 30 jours, assurée par les deux parents. Les poussins sont nourris et protégés par les adultes, qui régurgitent de la nourriture directement dans leurs becs ou dans le nid. Le plus jeune meurt souvent à cause de la rivalité importante entre les poussins pour la nourriture. Les jeunes quittent le nid au bout de dix jours et s'installent dans les branches proches, ou se cachent dans l'épaisseur des roseaux où ils sont introuvables, revenant vers le nid pour être nourris. Ils s'envolent à l'âge de trois mois, et atteignent leur maturité sexuelle à un an. Régime : Le héron pourpré se nourrit de poissons, mollusques, crustacés, insectes aquatiques, larves, reptiles, petits rongeurs et petits oiseaux. Protection / Menaces : Actuellement, la population communautaire est estimée de l'ordre de 5.000 couples et est en régression ces dernières années. Les causes en sont principalement la disparition et la modification des habitats dues à l'assèchement des zones humides et à l'utilisation des eaux, la chasse illégale, les biocides et les dérangements des colonies.

  • Héron Goliath

    2 images

    Héron goliath - Ardea goliath Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés Biométrie : Taille : 135 à 150 cm - Envergure : 180 à 210 cm - Poids : 5 kg - Longévité : 22 ans Identification : C'est le plus grand héron du monde, mesurant debout jusqu'à 1,50 mètre de hauteur. Le héron goliath a un plumage gris ardoise, avec des plumes couleur noisette. La tête et la crête, la face, le dos et les côtés du cou sont d'une chaude couleur noisette. Le menton et la gorge sont blancs. Le devant du cou et le haut de la poitrine sont blancs striés de noir. Les plumes situées à la base du cou sont longues et bleu-gris. Les cuisses, l'abdomen et le bas de la poitrine sont chamois foncé légèrement strié de noir. La tête porte une crête ébouriffée de couleur noisette. Les lores et la zone du tour de l'oeil sont vert jaunâtre. Le bec long, puissant et pointu est noir sur la mandibule supérieure et couleur corne en dessous. Les yeux Héron goliath sont jaunes. Les longues pattes et les doigts sont noirs. Les deux sexes sont semblables. Les juvéniles sont identiques aux adultes, juste plus ternes. Chant : Le héron goliath émet quelques sons semblables aux aboiements rauques d'un vieux chien. Ses cris comprennent des croassements, des cris rauques, des grognements et des roucoulements. Ils sont plutôt silencieux en dehors de la période de reproduction. Habitat : Le héron goliath vit dans des zones humides variées, lacs, marais, mangroves, et parfois deltas de rivières. Il a besoin d'eau douce, mais on le trouve aussi sur des îles côtières, aussi bien dans des eaux salées que douces. DISTRIBUTION : le héron goliath vit dans les régions situées au sud du Sahara, jusqu'en Afrique du Sud, et quelques populations se trouvent au sud-ouest et au sud de l'Asie, au Pakistan, en Syrie et en Irak. C'est un Héron goliath résident qui peut se disperser par moments. Comportements : Le héron goliath marche lentement dans des eaux relativement plus profondes que les autres ardéidés, ou bien il reste debout dans des zones moins profondes, sur la végétation flottante, regardant l'eau à ses pieds, cherchant sa nourriture. Quand une proie apparaît, il la transperce avec le bec ouvert. Ce héron peut capturer de grands poissons, jusqu'à 2 ou 3 kg, et il les porte sur la rive pour les dévorer tranquillement. Le héron goliath est un chasseur Héron goliath passif. Il peut rester debout sans bouger environ une heure, adoptant la posture verticale pour une meilleure appréciation. Les proies luttent violemment, mais le héron goliath les transperce au niveau des ouïes afin de les étourdir. A ce moment-là, il peut perdre sa proie à cause du harcèlement par les autres prédateurs de poissons. Mais seul le pygargue vocifère (Haliaeetus vocifer) est capable de lui voler sa prise. Ce rapace peut être une menace potentielle pour le héron lui-même. Le Héron goliath est souvent vu seul, ou en couples isolés. C'est un oiseau nocturne, vu aussi au crépuscule, se nourrissant en zone humide. Ses mouvements peuvent apparaître lents et très pondérés. C'est un oiseau très timide et sédentaire. La parade nuptiale n'est pas connue, mais cette espèce est monogame. Leurs longues plumes sur la crête, la poitrine et le dos se développent avant la saison nuptiale qui commence avec la saison des pluies. Vol : Le héron goliath vole lentement, avec les pattes tendues, mais pas horizontalement comme les autres hérons, mais en formant un angle sous le niveau du corps. Il vole avec de lents, laborieux et lourds battements d'ailes. Il est capable de voler sur de très longues distances. Nidification : Le héron goliath niche habituellement en solitaire, mais aussi parfois en colonies mixtes avec d'autres espèces de hérons. Il se reproduit de juin à janvier, au moment de la saison des pluies. Le nid est grand, fait de brindilles. Il est situé dans des arbres, des buissons bas, sur des rochers ou des îles, mais aussi sur le sol dans les roselières, et toujours près ou au-dessus de l'eau. La femelle dépose 2 à 3 oeufs bleu pâle. L'incubation dure environ quatre semaines, assurée par les deux parents. Les poussins sont élevés par les deux adultes, mais souvent le plus jeune est victime de l'agressivité des plus âgés et meurt. Les jeunes nécessitent environ six semaines au nid pour pouvoir voler et le quitter. Régime : Le héron goliath se nourrit de poissons, crustacés, amphibiens et serpents. Protection / Menaces : Le héron goliath réduit la compétition pour la nourriture avec les autres espèces d'ardéidés grâce à sa haute stature. Il chasse ainsi dans des eaux plus profondes que les autres. Cette espèce a des populations régionales relativement peu nombreuses. Il peut être menacé par l'usage des pesticides.

  • Héron Crabier Chevelu

    1 images

    Héron Crabier chevelu - Ardeola ralloides Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés Biométrie : Taille : 44 à 47 cm - Envergure : 80 à 92 cm - Poids : 250 à 300 g - Longévité : 11 ans Identification : Le crabier se caractérise par une couleur générale chamois soutenu ou brun clair. Son bec grisâtre en toutes saisons devient bleu turquoise au moment de la reproduction. Ses pattes sont orangées. Le plumage de sa tête est remarquable puisque celle-ci est ornée de nombreuses aigrettes brunes et blanches. En vol, il parait complètement différent puisque c'est la couleur blanche de ses ailes qui prédomine. Chant : Il est assez silencieux. Cependant, le soir en vol ou lorsqu'il est dérangé, il lance un 'Karr' brusque et rêche, rappelant un peu le choucas des tours. Habitat : Ce héron niche dans les estuaires, les deltas et les galeries riveraines, de préférence dans des zones de végétation bien développée, dans les marais et les lacs avec une épaisse végétation riveraine et aquatique. En migration et pour se nourrir, il fréquente également les mares, les fossés, les rizières et les lacs dégagés. En Europe, cet oiseau se reproduit dans le bassin méditéranéen, autour de la mer Noire et de la mer Caspienne. C'est un oiseau migrateur qui revient courant mai et repart en Afrique Tropicale dès le mois d'août. Comportements : Il marche dans les eaux peu profondes. Le crabier chevelu doit être recherché à la périphérie des colonies d'Ardéidés, où il installe son nid. Cet oiseau niche en effet volontiers dans des colonies mixtes ( hérons cendrés, hérons garde-boeufs...) Cette espèce est encore rare dans nos régions où elle grimpe dans les roseaux et se perche volontiers dans les arbres. Vol : Bat lentement des ailes, la tête repliée en arrière et les pattes tendues. Vol puissant et régulier. Nidification : Ce héron niche en colonies dans les arbres, les buissons ou les roseaux, souvent avec d'autres hérons ou des aigrettes. La ponte de 4-6 oeufs bleu verdâtre pâle intervient en mai. L'incubation dure environ entre 22 et 24 jours. Les poussins, nidicoles, conservent le nid pendant 45 jours. Régime : Les grenouilles sont ses proies favorites, mais il mange également des insectes et des poissons. Il se nourrit le long des ruisseaux, et au bord des pièces d'eau marécageuses, à proximité du couvert. Il prend une posture assez horizontale lorsqu'il pêche. Protection / Menaces : L'effectif d'oiseaux nicheurs oscille entre 1.800 et 2.000 couples. La dégradation de son habitat de reproduction et d'alimentation, ainsi que les dérangements des oiseaux nicheurs, figurent parmi les causes de régression de l'espèce. Cependant, le problème principal de cette espèce réside dans ses conditions d'hivernage, notamment dans la région du Sahel où la sècheresse sévit. La préservation des zones humides que le crabier fréquente régulièrement pour s'alimenter est donc primordiale.

  • Héron garde-boeufs

    2 images

    Héron garde-boeufs - Bubulcus ibis Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés Biométrie : Taille : 48 à 53 cm - Envergure : 90 à 96 cm - Poids : 300 à 400 g - Longévité : 15 ans Identification : Très courant en Afrique Septentrionale, le héron garde-boeuf est un échassier vivant près des eaux douces, piscivore de taille moyenne. Il accompagne les boeufs dans les champs et se donne pour mission de les débarasser des insectes parasites qui les tourmentent. Cet échassier est légèrement plus petit que l'aigrette garzette. On le connaît sous deux aspects relativement différents : le plumage nuptial et le plumage d'hiver. Lors du plumage nuptial, il arbore des plumes orangées sur la tête, le dos et la poitrine. Son bec est jaune et ses pattes rougeâtres. En plumage d'hiver, son plumage est entièrement blanc. Son bec est orange, ses pattes verdâtres et sombres. Entre les deux phases, le mâle subit une mue totale à la fin de l'automne. Ce héron de petite taille donne la curieuse impression d'être bossu car, lorsqu'il est perché, il rentre le cou dans les épaules. Le garde-boeuf diffère des autres hérons par sa sihouette massive et son bec court. Les deux sexes sont semblables. Le juvénile ressemble aux adultes en hiver, mais il a le bec et les pattes noirs, devenant clairs très rapidement. Chant : Divers croassement pendant la nidification. Habitat : Contrairement aux autres hérons, le garde-boeufs n'est pas forcément lié au milieu aquatique. Même si l'eau et les zones humides continuent à jouer un rôle important dans son mode de vie, on peut aussi bien le retrouver dans les steppes et les prairies. Il peut même séjourner assez longtemps en terrain sec et à proximité des agglomérations. Originaire de l'Afrique, très courant au Kenya ou en Tanzanie, on le rencontre actuellement sur tous les continents excepté à proximité des cercles polaires. Il est courant dans la péninsule ibérique et le sud de la France et on peut l'apercevoir occasionnellement dans le reste de l'Europe. Comportements : Cet oiseau fait preuve d'un instinct grégaire : il niche en colonies plus ou moins nombreuses (de dix à un ou plusieurs milliers) dans les arbres ou dans les buissons à proximité des lacs ou des étangs. La recherche de nourriture est également souvent une quête collective : on les aperçoit par petit groupes profitant du dérangement occasionné par le bétail aux petits insectes. Les hérons garde-boeufs volent également en groupes, mais contrairement aux oies ou à certains Héron garde-boeufs autres échassiers qui sont connus pour leur alignement strict, ils adoptent des formations désordonnées. Vol : Bat lentement des ailes, la tête repliée en arrière et les pattes tendues. Vol puissant et régulier. Nidification : La construction du nid est l'affaires des deux parents, mais on assiste à une répartition assez rigoureuse des tâches : la femelle se charge de l'architecture proprement dite, tandis que le mâle s'occupe de la collecte des matériaux. Bâti de branchettes et de roseaux, le nid est installé dans un buisson au bord de l'eau. Quand l'un des partenaires revient au nid, ils effectuent une cérémonie avec les plumes du dos hérissées et celles de la tête aplaties. La femelle dépose 4 à 5 oeufs de couleur bleu verdâtre qui sont couvés alternativement par le mâle et la femelle pendant 22 à 26 jours. Les jeunes sont nidicoles et s'envolent environ au bout de 30 jours, mais ils sont capables de grimper dans les branches voisines du nid à l'âge de 14 à 21 jours. Régime : Son régime est principalement insectivore. On le retrouve souvent en compagnie du bétail sur lequel il se perche pour le débarasser de ses parasites. Cependant, les insectes ne représentent pas son menu exclusif, il comporte également des petits vertébrés qu'il capture en marchant lentement près des troupeaux, des grands mammifères ou des machines agricoles. Protection / Menaces : Le héron garde boeufs est commun et largement répandu dans son habitat.

  • Héron cendré

    10 images

    Héron cendré - Ardea cinerea Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés Biométrie : Taille : 90 à 98 cm - Envergure : 175 à 195 cm - Poids : 600 à 1200 g - Longévité : 25 ans Identification : Grand oiseau gris, majestueux lorsqu'il est debout au repos. Il possède de longues pattes jaune grisâtre ou grises, un long cou et un grand bec jaune grisâtre en forme de dague. Le dessous, la tête et le cou sont blanchâtres avec une crête noire et des rayures sombres sur le devant du cou et de la poitrine. Le reste du plumage est gris pigeon. En vol, parfois haut en battant lentement des ailes qui sont alors bien arquées, les plumes principales des ailes sont foncées, presque noires, le cou est replié et les pattes sont plus longues que la queue. Les jeunes hérons ont le front et la calotte gris, la nuque noire grisâtre avec une courte plume nucale, les côtés de la tête et du cou ainsi que le dos gris. Le centre de leur cou est beige. Héron cendré Ils cherchent à se nourrir près de toutes sortes de plans d'eau, et on en voit même quelquefois en zone urbaine. Leur technique de pêche n'est pas encore très au point et ils feront sans doute plus de peur que de mal aux poissons. Chant : Le cri typique en vol, souvent émis le soir, est rauque, sonore et croassant. La colonie est très bruyante et de nombreux coups de becs peuvent être échangés. Khèèik La voix du héron cendré est assez désagréable. En général, c'est un coassement dur et haut perché « fraark », lancé en plein vol. Ce même cri peut être entendu au nid, de jour comme de nuit, auquel se rajoutent d'autres sons gutturaux « frauk-jauk-jauk-ak-ak ». Egalement, un coassement « kraoj » entendu de loin. Habitat : Les hérons fréquentent n'importe quelle zone humide (marais, cours d'eau, étangs ...) où ils peuvent trouver de la nourriture. Ce peut être de l'eau douce, saumâtre ou salée, dormante ou courante, du moment quelle est peu profonde. Ils peuvent aussi fréquenter les forêts à proximité des eaux. DISTRIBUTION : le héron cendré est un résident assez commun et largement répandu dans la majeure partie Héron cendré de l'Europe. On note des déplacements des oiseaux vivant au nord vers le sud au cours des hivers froids. Comportements : Le héron cendré peut avoir des attitudes curieuses. Il peut rester des heures, posé sur une seule patte, complètement inactif s'il n'est pas dérangé. Il enfonce son cou dans les épaules, seule la tête et le bec à l'horizontale semblent surgir de son corps. S'il perçoit une menace, il étire son cou tout en restant immobile et vigilant, et peut s'envoler dans l'instant. Sa manière de chasser est particulière. Il chemine lentement et courbé, dans les eaux peu profondes, sans faire de bruit, pointant vers le bas son bec puissant et pointu, prêt à asséner le coup mortel à la proie qui passera à sa portée. Parfois, il reste immobile dans l'eau, observant le fond devant lui et sur les côtés afin de capturer habilement le moindre poisson qui passe. Pour les Héron cendré grosses proies, (grand poisson ou anguille importante), il les frappe fortement de son bec pour les transpercer, et les secoue d'un côté à l'autre, avant de les avaler entières, tête la première. Lorsqu'ils sont en groupes, les hérons cendrés cheminent alignés, surtout au crépuscule, picorant ici et là. Dans ces moments-là, en particulier à l'automne, ils chassent les insectes, mais aussi les petits rongeurs et les grenouilles. La parade Héron cendré nuptiale du héron cendré est une cérémonie très compliquée. Le héron qui arrive au nid hérisse sa crête, tout en lançant un cri aigu et dur. Celui qui occupe le déjà le nid répond en étirant le cou au maximum vers le haut, et le faisant aller d'avant en arrière, pointant le bec vers le ciel, et fléchissant les pattes afin que le corps se trouve au niveau du nid. Ensuite, il abaisse le cou, mettant sa tête au niveau de ses pattes, et claque du bec bruyamment. En réalité, cette cérémonie consiste à appeler le mâle de manière insistante depuis le vieux nid, en utilisant les mêmes gestes et en prenant fréquemment un rameau de bois dans le bec. Si une femelle s'approche et entre brusquement dans le petit territoire du nid, elle peut être immédiatement expulsée par le mâle. Les femelles ne gagnent la confiance des mâles qu'en adoptant une attitude souvent douce et timide. Quand l'une d'elles est acceptée, le mâle claque du bec entre 20 et 40 fois. Le couple ne dure que le temps d'une saison de reproduction. Vol : Bat lentement des ailes, la tête repliée en arrière et les pattes tendues. Vol lourd et puissant. Le héron cendré a un vol lent, avec de profonds battements d'ailes, donnant une impression de puissance. Il s'envole de façon majestueuse. Il plane parfois, surtout avant d'atterrir. Nidification : Le héron cendré construit un très grand nid avec des rameaux secs, des branches et des laîches. Les matériaux varient avec l'habitat. A l'intérieur de cette grande structure, le héron cendré façonne un creux Héron cendré avec des brindilles, des joncs et de l'herbe. Ce nid peut servir plusieurs années de suite. Le héron cendré niche en grandes colonies, avec de nombreux nids sur un seul arbre. Le mâle apporte les matériaux et la femelle qui reste au nid presque toute la journée, assure la construction en entrelaçant les branches et les laîches. Chaque fois que le mâle revient au nid, on assiste au cérémonial de la parade nuptiale, qui se poursuit aussi pendant la période d'incubation. La femelle dépose de 3 à 5 oeufs mats, gris-bleu, parfois teintés de roux. Les oeufs sont pondus à deux jours d'intervalle. L'incubation est assurée alternativement par les deux parents, et dure environ 26 jours. A la naissance, les poussins ont une apparence grotesque, avec le duvet de la tête très abondant, donnant une apparence de grande crête. Ils sont nourris par les parents qui élèvent leurs jeunes avec sollicitude. Pendant les premiers 20 jours, un des adultes reste au nid pour surveiller. La relève a lieu quatre fois par jour, toujours précédée d'un cérémonial. Les jeunes sont protégés du soleil et de la pluie. Incités par les petits coups de bec des jeunes, les parents régurgitent la nourriture que les poussins prennent directement dans le bec des adultes. Les jeunes ne volent pas très bien avant l'âge de 55 jours. Le héron cendré produit une seule couvée par an, très rarement deux, sauf si la première est perdue. Dans ce cas, une ponte de remplacement succède rapidement à la destruction de la précédente. Régime : Le Héron cendré héron cendré se nourrit essentiellement de poisson, d'anguilles, de batraciens. Il peut aussi se nourrir de petits mammifères (rongeurs), d'insectes, de crustacés et de reptiles. Il pêche les poissons à l'affût, parfaitement immobile. A la vitesse de l'éclair, son cou se détend et son bec en forme de poignard transperce la victime. Protection / Menaces : Le héron cendré souffre beaucoup pendant les hivers trop rigoureux qui gèlent les plans d'eau, et les populations nordiques ont un taux de mortalité important lors des longues vagues de froid. Cette espèce montre cependant une bonne capacité de récupération dans les années qui suivent. A cette cause de mortalité naturelle, s'ajoutent la chasse et le piégeage. La destruction de certaines parties de son habitat, notamment l'abattage des arbres et les dérangements humains, peuvent compromettre la nidification. Actuellement, l'espèce se porte très bien grâce à sa protection totale, et à une meilleure gestion de son habitat.

  • Héron Bihoreau

    6 images

    Héron Bihoreau gris - Nycticorax nycticorax Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés Biométrie : Taille : 58 à 65 cm - Envergure : 115 à 118 cm - Poids : 730 à 1015 gr - Longévité : 21 ans La plupart des naturalistes ont désigné le bihoreau sous le nom de corbeau de nuit (nycticorax) et cela d'après l'espèce de croassement étrange, plutôt de râlement effrayant et lugubre qu'il fait entendre pendant la nuit. Identification : Le bihoreau gris est un oiseau trapu avec une tête large, un cou épais et court, et des pattes courtes. L'adulte a la calotte noire ainsi que le manteau. Les ailes, le croupion et la queue sont gris, et les parties inférieures blanchâtres. Les pattes et les doigts sont jaune verdâtre. En période de reproduction, l'adulte a deux longues plumes blanches sur la nuque. Le bec est pointu et noir. Les lores sont bleu-gris, devenant rouges au plus fort moment de la saison. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts deviennent roses également au plus fort moment de la saison. Le plumage noir prend aussi un reflet bleu-vert. Les deux sexes sont semblables, mais la femelle est légèrement plus petite que le mâle. Le juvénile Bihoreau gris a les parties supérieures brunes, avec des taches blanches très nettes. Les parties inférieures sont striées de chamois et de blanc. Le bec est jaune verdâtre. Les yeux sont jaunes à ambrés. Les pattes et les doigts sont gris terne. Le juvénile a besoin de trois ans pour obtenir son plumage d'adulte, perdant année après année les taches blanches sur le dessus, et les parties inférieures devenant plus uniformes. Le poussin est partiellement couvert de duvet blanc et gris à la naissance. Chant : Le héron bihoreau est habituellement silencieux. Il émet quelques cris en volant ou depuis un perchoir. Le cri habituel ressemble au coassement d'une grenouille, un « quark » ou un plus brusque « guk ». Habitat : Le héron bihoreau vit près des lacs, des marécages et des rivières bordés de végétation Bihoreau gris dense. Ils nichent et dorment dans les arbres. Quand il se nourrit ou qu'il migre, on peut trouver le héron bihoreau dans des zones plus ouvertes comme les rizières et les lagunes ouvertes, et dans les eaux salées, saumâtres ou douces des marais. DISTRIBUTION : le héron bihoreau se reproduit aux Etats-Unis et au sud du Canada, et au sud de l'Amérique du Sud. On le trouve aussi en Europe, Asie, Afrique et Hawaï. Il hiverne depuis le sud des Etats-Unis et vers le sud. Il est largement répandu excepté dans les zones polaires, les zones tempérées fraîches et l'Australie. Comportements : Le héron Bihoreau gris bihoreau est un oiseau nocturne, se nourrissant du crépuscule à l'aube. Il reste debout sans bouger, attendant le passage d'une proie qu'il attrape avec son bec. Il est aussi connu pour visiter les nids des autres hérons et dérober les poussins. Il secoue vigoureusement sa proie pour l'étourdir ou la tuer, et ensuite, il l'avale la tête la première. Les puissants sucs digestifs contenus dans son estomac dissolvent arêtes et os. Il chasse dans les eaux peu profondes comme les autres hérons, utilisant son bec épais pour capturer les proies. Il peut rester de longues périodes immobile, le cou rentré, debout dans l'eau ou sur une branche, cherchant une proie. Il chasse habituellement seul et défend vigoureusement son territoire de nourrissage. Il peut aussi chasser de jour si la nourriture est rare, ou en période de grande demande, pendant la saison de reproduction. Il utilise aussi la technique du « bec vibrant », ouvrant et fermant le bec rapidement dans l'eau pour créer des perturbations qui leurrent le poisson et lui permettent de le capturer. Le héron bihoreau est sans doute monogame. Le mâle effectue une parade nuptiale élaborée, souvent la nuit. Il marche en position accroupie avec la tête baissée en claquant du bec. Ensuite, il bat des ailes en chantant et effectue une danse. Il émet un sifflement tandis qu'il se balance d'une patte sur l'autre. Quand la femelle accepte, ils se lissent mutuellement les plumes, et frottent leurs becs. Pendant la parade, le mâle peut offrir des brindilles à sa partenaire. Une fois le couple formé, les pattes deviennent rouge rosâtre. Pendant toute cette période, le mâle se montre agressif. Le héron bihoreau migre de nuit et se repose pendant la journée. Quand ils migrent, ils volent en grands groupes et crient pour rester ensemble. Vol : Vol direct, avec des battements assez rapides et peu amples. Le bec est légèrement penché vers le bas. Seuls les doigts dépassent la queue. Nidification : Le héron bihoreau niche en colonies souvent avec des espèces voisines dans les fourrés, sur les arbres et localement dans les roseaux. Le mâle bâtit la base du nid le plus souvent dans les branches d'un buisson ou au faîte d'un arbre où il attirera la femelle par des mouvements et des cris particuliers. C'est la femelle qui se chargera de terminer le nid. C'est une plate-forme de brindilles ou de roseaux, et tapissée de racines et d'herbe. Le nid peut être situé entre 5 et 10 mètres de hauteur. La femelle dépose 3 à 5 oeufs bleu clair, à intervalles de deux jours. L'incubation dure environ 24 à 26 jours, assurée par les deux parents. Quand le temps est chaud, les parents humidifient leurs plumes, sans doute pour garder les oeufs au frais. Les poussins sont couvés par les adultes et nourris par régurgitation. Au fur et à mesure qu'ils grandissent, les parents apportent des proies entières. Les jeunes sont très bruyants quand ils réclament leur nourriture. Ils quittent le nid au bout de trois semaines, grimpant aux environs et autour du nid. Ils s'envolent au bout de six à sept semaines et partent vers les zones de nourrissage. S'ils sont dérangés, ils réagissent en régurgitant leur nourriture sur l'intrus. Ils atteignent leur maturité sexuelle à l'âge de deux ou trois ans. Cette espèce produit une seule couvée par an. Régime : Le héron bihoreau se nourrit principalement de poisson, mais aussi de vers de terre, et d'insectes aquatiques et terrestres. Il consomme aussi des crustacés, des amphibiens, des reptiles, de petits rongeurs, des oiseaux, des oeufs, des charognes et des végétaux. Protection / Menaces : En Bihoreau gris très forte régression dans toute l'Europe à cause de la disparition des zones humides, les dérangements dans les sites de nidification et la pollution des eaux provoquant la diminution des ressources alimentaires. les hérons bihoreaux adultes étaient souvent tués aux abords des piscicultures. A présent, d'autres méthodes sont employées pour les éloigner et éviter qu'ils nichent à proximité. La plupart des populations sont maintenant stabilisées ou en augmentation, mais la destruction de leur habitat reste la menace la plus importante qui pèse sur cette espèce.

Les hérons sont des Ardéidés n. m. pl. XIXe siècle. Dérivé savant du latin ardea, « héron ».ZOOL. Famille d'oiseaux échassier.
Les ardéidés sont des moyens et grands échassiers fréquentant les lieux humides, se nourrissant de petites proies animales. Ils possèdent un long cou se repliant facilement, et se
déployant rapidement. Ceci leur permet des techniques de pêche ou de chasse basées sur l'affût ou l'approche lente, leur long bec pouvant être lancé à la manière d'un harpon.
A l'exception des butors et des blongios, ils nichent souvent en colonies , les héronnières, plusieurs espèces pouvant y être associées. Les hérons se nourrissent de poissons,
de batraciens, de reptiles, de mammifères ou d'invertébrés qu'ils capturent soit après une attente immobile, soit en prospectant les eaux ou les prairies en marchant lentement.
La plupart des espèces sont grégaires et nichent en peuplements mixtes dans des roselières ou sur des arbres en bordure des eaux.
Certaines espèces se parent de plumes ornementales sur la tête, le dos ou la poitrine. Ces plumes caractérisent les oiseaux nicheurs.

Famille : Ardéidés ;

* Aigrette ardoisée
* Aigrette à face blanche
* Aigrette bleue
* Aigrette des récifs
* Aigrette garzette
* Aigrette neigeuse
* Aigrette roussâtre
* Aigrette sacrée
* Aigrette tricolore
* Bihoreau cannelle
* Bihoreau violacé
* Blongios à cou jaune
* Blongios nain
* Butor étoilé
* Butor d'Amérique
* Crabier chevelu
* Crabier chinois
* Grand Héron
* Grande Aigrette
* Héron à tête blanche
* Héron cendré
* Héron garde-boeufs
* Héron goliath
* Héron intermédiaire
* Héron mélanocéphale
* Héron pie
* Héron pourpré
* Héron strié
* Héron vert
* Petit Blongios
* Savacou huppé
* Version anglaise
* Butor d'Amérique
* Bihoreau gris
* Héron mélanocéphale
* Savacou huppé
* Héron garde-boeufs
* Crabier chinois
* Butor étoilé
* Héron goliath
* Grand Héron
* Grande Aigrette
* Héron vert
* Héron strié
* Héron cendré
* Héron intermédiaire
* Petit Blongios
* Aigrette bleue
* Aigrette garzette
* Aigrette sacrée
* Héron pourpré
* Aigrette roussâtre
* Aigrette neigeuse
* Crabier chevelu
* Aigrette tricolore
* Aigrette à face blanche
* Bihoreau violacé