PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

  • Rainette arboricole ou Rainette verte

    14 images

    Les rainettes sont des amphibiens de plus en plus rares. On n'en trouve que deux espèces en France, et même en Europe. Ce sont de petites grenouilles très agiles qui arrivent facilement à grimper dans les arbres. Les rainettes préfèrent les zones riches en végétation dans lesquelles elles peuvent se cacher. Ces grenouilles ont des pelotes au bout des doigts, ce qui leur permet d'accrocher plus facilement sur les feuilles. - La Rainette arboricole ou Rainette verte (Hyla arborea) : Répartition : Toute la France, sauf la région méditerranéenne, Italie, Allemagne... Taille : 4 à 5 cm. Toute petite, peau lisse et de couleur verte unie sur le dos. Cette rainette se différencie principalement par la bande noire et beige continue qui part de l'oeil et s'étend jusqu'aux pattes arrières. Elle Aime les endroits riches en végétation (ronce, buissons...). Elle n'hésite pas à grimper dans les arbustes pour profiter alternativement de l'ombre ou du soleil selon ses besoins. Si l'arbuste est à fleurs et qu'il attire les insectes, c'est alors un paradis pour la rainette. Ses Moeurs sont crépusculaires et nocturnes, mais elle n'hésite pas à se montrer en plein jour au printemps pour se réchauffer. - La Rainette méridionale (Hyla méridionalis) Répartition : Région méditerranéenne, Espagne. N'existe pas en Corse, ni en Sardaigne. Taille : 5 cm. Peau lisse et couleur verte. La Bande noire et beige partant de l'oeil s'arrète à hauteur de l'épaule. Moeurs identiques à ceux de la rainette verte. Les Rainettes changent de couleur en quelques jours selon le substrat sur lesquelles elles se cachent le jour. Ainsi, la Rainette verte (Hyla arborea) peut très bien être de couleur brune. Certaines, perdant leur pigment jaune, peuvent aussi devenir bleues... Je rêve d'en rencontrer dans la nature ! Grâce à leur "bouille" des plus sympathiques, les Rainettes sont les Batraciens les plus appréciés et admirés par le néophyte.

  • Grenouille verte

    14 images

    Les grenouilles vertes sont les Batraciens les plus aquatiques. Ils ne quittent presque jamais la proximité de l'eau. Il en existe 3 espèces (Grenouille rieuse, Grenouille verte et Grenouille de lesson) qui s'hybrident facilement entre elles, ce qui rend leur reconnaissance souvent difficile. Toutefois, le chant et quelques critères morphologiques, si l'on possède de bonnes clés d'identification, permettent de tenter une première approche de reconnaissance. Malgré ce que laisse croire leur nom, les Grenouilles vertes ne sont pas toujours vertes ! La couleur des Batraciens n'est quasiment jamais un bon critère de détermination... - Grenouille verte (Rana esculenta) [photos 2 et 3 ?] Répartition : Partout en France, Allemagne, Pays bas. Ne descend pas au Sud des Pyrénées, ne se trouve pas au Nord du Danemark. Taille : 8 à 12 cm. Grenouille de coloration verte, avec des tâches irrégulières foncées à noires sur le dos. Le tympan est plus petit que l'oeil, la face ventrale est claire. Iris jaune taché de noir. C'est une espèce très aquatique qui vit à proximité immédiate de l'eau. Hiverne au fond de l'eau ou parfois très près des berges. La grenouille verte n'est pas très exigeante quand au milieu. Elle est ainsi assez commune. - Petite grenouille verte (Rana lessonae) [photos 1 et 4 ?] Répartition : Partout en France, Allemagne, Pays bas. Ne descend pas au Sud des Pyrénées, ne se trouve pas au Nord du Danemark. Taille : 5 à 9 cm. Grenouille de couleur généralement verte sombre unie ou tachetée de noir. Pas de tache derrière l'oeil comme chez d'autres espèces. Iris fortement teinté de jaune. Souvent a une ligne claire le long de la colonne vertébrale. Cette grenouille est génétiquement proche de la grenouille verte esculenta et de la grenouille rieuse, avec lesquelles elle peut être croisée. - La Grenouille rieuse (Rana ridibunda) possède des sacs vocaux gris et non blanc pur comme chez la Grenouille verte (Rana esculenta).Taille : 10 à 12 cm

  • Crapaud commun

    30 images

    Crapaud Commun (Buffo Buffo) De mœurs nocturne, le crapaud commun sort la nuit pour chasser insectes, limaces, et autres araignées ... La journée il se cache sous une pierre ou dans un ancien trou de rongeur qu'il s'approprie. Il y revient systématiquement tous les jours pour s'y abriter. On le trouve dans beaucoup de biotopes différents allant de la montagne à la plaine, de la campagne à l'agglomération urbaine... De mœurs terrestre il ne va dans l'eau que pour la reproduction. La femelle (10-13 cm) est beaucoup plus grosse que le mâle (7-10 cm)... C'est un vrai bonheur d'avoir un crapaud dans son jardin... Prédateur des limaces, des coléoptères, des moustiques, il fait le ménage la nuit ! Depuis plus de 5 ans, la belle femelle de ces photos a pris ses quartiers sous un Juniperus en contre-bas de ma terrasse... Tous les ans, fin avril, début mai elle me rend ses premières visites nocturnes sur ma terrasse à l'occasion des premiers vols de coléoptères attirés par la lumière de ma terrasse. Le matin, tout est propre, plus une seule trace de Hannetons ! Un vrai régal pour Bertha (c'est le nom que je lui ai donné... allez savoir pourquoi !) ou autres insectes volants venus se bruler les ailes ! Sur la photo N° 8 vous pouvez admirer la gloutonne qui a encore les pattes d'un hanneton qui lui sortent de la bouche... et le suivant est en réserve sur la patte postérieure gauche... Sur le dernière photo (N°13), Bertha rejoint son terrier sous le Juniperus... A demain... J'ai découvert un petit mâle à proximité de mon junipérus ! La famille pourra donc s'agrandir ! Comme vous pouvez le voir à partir de la photo 14, le mâle est nettement plus petit que la femelle. Celui-ci mesure à peine 5 ou 6 cm... Peut-être un jeune ?

Les Amphibiens sont séparés en 2 groupes faciles à distinguer.

LES ANOURES :

Ils sont dépourvus de queue à l'état adulte ; de moeurs terrestres ou aquatiques selon la période de leur vie, ils possèdent des membres postérieurs beaucoup plus longs que les antérieurs.
Le corps, assez trapu, est protégé par une peau plus ou moins lisse et humide qui, comme celle des Urodèles, est toujours dépourvue d'écailles.
Les Anoures sont les Grenouilles, les Crapauds, les Rainettes, les Pélobates...

LES URODELES :

Le corps des différentes espèces est allongé, prolongé par une queue fonctionnelle qui persiste toute la vie.
La peau est humide renfermant des glandes à mucus et des glandes à venin plus ou moins abondantes selon les espèces.
Les membres au nombre de quatre sont grêles chez les larves, plus développés chez les adultes.
Les Urodèles sont les Tritons et les Salamandres.

La plupart des amphibiens ont une phase de vie aquatique (larves) et une phase de vie terrestre après une métamorphose contrôlée par les hormones thyroïdiennes.
Cette métamorphose s'accompagne de la perte de la queue chez les amphibiens appartenant à la classe des Anoures et du développement des membres.
Sauf très rares exceptions (Arenophryne rotunda), les adultes des espèces les mieux adaptées à la vie aérienne doivent revenir vers le milieu aquatique d'eau douce pour pondre des œufs.
Il y a accouplement en général mais sans fécondation interne, le mâle déversant son sperme au moment où la femelle pond ses œufs.
Il existe cependant des exceptions comme par exemple la plupart des salamandres, amphibiens de l'ordre des Urodèles, où la femelle après une fécondation interne conserve les embryons et
les larves dans les voies génitales (cas de viviparité). Il existe des cas de néoténie comme par exemple chez l'axolotl qui se reproduit à l'état larvaire et ne se métamorphose pas.

Les amphibiens sont poïkilothermes, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas réguler la température de leur corps, et sont donc dépendants des conditions thermiques extérieures (leur température interne est variable). Les adultes respirent grâce à leurs poumons sacculaires, et à leur peau (respiration cutanée) fine (faiblement kératinisée), richement vascularisée et souvent couverte de mucus (permet la dissolution des gaz, la limitation de la déshydratation et éventuellement contient des toxines pour se défendre, surtout chez les espèces tropicales). La larve possède des branchies, externes durant les premiers temps puis internes.

On dénombre près de 6 000 espèces d'amphibiens.