PhpWebGallery demonstration site

Philippe et Béatrice Balladur - Agence Toutankhcanon

  • Le Mésangeai ou Geai gris du Canada

    5 images

    Mésangeai du Canada : Perisoreus canadensis Il s'agit en fait d'un "Geai gris" (appelation anglaise : Grey Jay) qui ressemble à s'y méprendre à une mésange géante, d'où son appellation française. S'il a la forme et le bec de la mésange, l'oiseau est plus grand et plus gros qu'un merle. Ordre : Passériformes / Famille : Corvidés Biométrie : Taille : 25 à 33 cm Envergure : 45 cm Poids : 70 gr Longévité : 19 ans Le mésangeai du Canada a les parties supérieures grises, parfois avec un reflet bleu, et une longue queue. Les ailes sont courtes et arrondies. Les parties inférieures sont blanchâtres. Il a un collier blanc, mais n'a pas de crête. Les parties duveteuses de son plumage sont soyeuses et gonflées. Quelques plumes peuvent mesurer jusqu'à 50 à 65 mm de long, ce qui lui donne une bonne protection contre le froid. La face, le front, le menton et la gorge sont blancs. La calotte et la nuque sont noirâtres. Le bec est court. Les yeux sont noirs. Les pattes et les doigts sont noirs. Les deux sexes sont identiques. Les juvéniles de chaque race sont gris charbonneux, avec une faible moustache blanche, et un bec clair, rose à la base, et gris pâle avec le bout noir. Le cri du mésangeai du Canada comprend un sifflement « wheeoo » et un bas « chuf-chuf-weef ». Son cri d'alarme est très rude « kreh-kreh-kreh-kreh ». Il peut aussi imiter des sons. Il émet une grande variété de bruits, allant de doux sifflements et chants mélodieux, à des sons sec et durs. Cela peut donner une performance musicale prolongée. Le mésangeai du Canada vit dans les zones forestières du Canada et des Etats-Unis. Il vit dans les forêts mixtes ou de conifères, dans les zones boréales. Il ne peut pas vivre en zone urbaine, car il Mésangeai du Canada est originaire des forêts retirées. Le mésangeai du Canada est résident dans la forêt boréale depuis la ligne des derniers arbres dans le nord du Canada et de l'Alaska jusqu'à Terre-Neuve. Vers le sud, on le trouve jusqu'au nord de la Californie, l'Arizona et le Nouveau-Mexique dans les Montagnes Rocheuses, jusqu'au nord du Wisconsin dans la moitié ouest, et jusqu'à New York à l'est. Le mésangeai du Canada sautille sur le sol en mouvements bondissants. Il peut sauter depuis une branche vers d'autres, en spirale autour du tronc jusqu'à la cime. Il est souvent observé seul ou en couple, mais Mésangeai du Canada après la période de nidification, on peut le voir en groupes de plusieurs familles. Le mésangeai du Canada est plutôt effronté avec les humains. Il peut prendre de la nourriture dans la main. En hiver, dans la forêt boréale, l'oiseau peut facilement être attiré avec de la mie de pain. Les juvéniles sont divisés en deux groupes. Le membre dominant de la couvée expulse les autres du territoire parental. A l'âge de deux mois, ils se battent entre eux pour rester avec les parents après la saison de reproduction. S'ils peuvent rester avec les adultes, ils ont plus de chances de survivre que les autres. Les ressources de nourriture stockées Mésangeai du Canada par les parents sur le territoire peuvent les aider. Les activités nuptiales commencent par un comportement de demande, avec l'un des oiseaux accroupi, les ailes vibrantes et le bec tendu vers le ou la partenaire. Ils effectuent simplement un léger toucher de bec. Quand la période de nidification approche, ce comportement s'intensifie, et l'un des oiseaux donne de la nourriture à l'autre, toujours dans la même position. On peut aussi observer le lissage mutuel des plumes. Les mésangeais sont unis pour la vie, mais si l'un des deux meurt, l'autre reformera un nouveau couple. Pour se nourrir, le mésangeai du Canada peut capturer des insectes en volant, comme un gobe mouches. Il peut également harceler d'autres oiseaux pour voler leur proie. Le mésangeai du Canada a de grandes glandes salivaires, et une salive collante qui lui permet d'imprégner la nourriture. Ensuite, cette nourriture adhèrera aux arbres où l'oiseau la cachera dans les crevasses de l'écorce. Il peut faire ainsi environ 1000 caches par jour. Mais ce comportement lui permet de s'adapter et d'habiter dans les hostiles zones boréales en hiver. Le mésangeai du Canada vole doucement et sans bruit parmi les arbres. Il traversera rarement de grands espaces, mais s'il doit le faire, son vol est battu et direct. La saison de reproduction commence en mars, quand la neige couvre encore le sol et que le temps est très froid, et elle se termine à la mi-mai. Le nid du mésangeai du Canada est souvent situé dans des épicéas ou des sapins baumiers (abies balsamea) à environ 1 à 9 mètres de hauteur. Il est placé contre le tronc. Le nid volumineux est en forme de bol. Ils construisent l'extérieur du nid avec des brindilles sèches et des feuilles mortes. Ils peuvent ajouter quelques matériaux plus fins comme des cocons brisés, des morceaux de nids de guêpes, et des toiles d'araignées entrelacées. Ensuite, on trouve une épaisse couche d'écorce (cèdre et saule). Le nid est enfin tapissé d'herbes fines, de fourrure (cervidés et lièvres), et parfois de plumes et de leur propre duvet. La femelle dépose 3 à 4 oeufs vert pâle ou gris-vert, tachetés de vert-olive. L'incubation dure environ 16 à 18 jours, assurée par la femelle. Les poussins sont nidicoles et sont nourris par les parents, avec de la nourriture prédigérée au début. Le mâle les nourrit, tandis que la femelle les couve. Mais plus tard, elle les nourrit avec le mâle, et ils nettoient le nid. Les jeunes quittent le nid à l'âge de 22 à 24 jours. Ils apprennent à voler, et sont nourris par les parents pendant encore deux ou trois semaines. Cette espèce produit une seule couvée par an. Le mésangeai du Canada se nourrit de scarabées, chenilles, larves et oeufs de fourmis. Il peut manger les oeufs non fertiles dans son propre nid, mais aussi des baies et des bourgeons de sapin. Pendant l'hiver, il se nourrit de viande et de gras, et aussi parfois de charognes, et il fréquente les décharges et les campements abandonnés. Le mésangeai du Canada a quelques prédateurs, tels que les faucons et les busards, et pendant la période de nidification, les hiboux. Les mammifères peuvent attaquer les nids et les poussins, et dévorer les oeufs. Ce sont les écureuils, les martres, les porcs-épics et les ratons laveurs. Les corvidés, tels que corbeaux et corneilles, attaquent aussi les nids.

De nombreuses espèces nicheuses de l'Amérique du Nord, méritent une rubrique spécifique. Compte tenu de mes voyages au Québec, ce sont plus particulièrement des oiseaux de cette belle Province qui seront mis à l'honneur.